Olivier Noblecourt: «Je comprends l’urgence sociale, mais on ne change pas tout en six mois»

Par

Olivier Noblecourt, délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté, dresse en avant-première pour Mediapart le bilan de son plan, initié par le président de la République en septembre 2018. Une stratégie aux avancées concrètes, mais critiquée par nombre d’associations pour ses failles et son manque d’ambition pour les plus pauvres. Le 13 septembre, des responsables lui ont répondu, dans une tribune publiée dans le Club de Mediapart, à lire ici.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Plus de huit milliards d'euros, promis l'an dernier par le président de la République, pour tenter de résorber la pauvreté en France. C'est beaucoup et peu à la fois, alors que près de neuf millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté en France. Le plan pauvreté, dévoilé il y a un an, est piloté par le délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté Olivier Noblecourt, qui répond en avant-première aux questions de Mediapart sur sa mise en œuvre concrète et sa philosophie.