Deux candidats et des différences à la marge

Par
Martine Aubry et François Hollande ont confirmé, mercredi soir, sur France-2 que leurs divergences sur les questions économiques et sociales étaient d'importance mineure. L'une et l'autre sont les enfants de Jacques Delors, elle au sens propre, lui au sens figuré.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est un second tour pour le moins bizarroïde qu'offre la primaire socialiste en mettant face-à-face Martine Aubry et François Hollande. Car loin de permettre aux électeurs de départager deux visions, deux projets, sensiblement différents, elle met en compétition les deux candidats à ce scrutin qui défendent les orientations les plus proches. Au soir de leur duel télévisé, mercredi soir sur France-2, c'est du moins le constat qui saute aux yeux dès que l'on se penche sur les convictions économiques et sociales défendues par les deux dirigeants socialistes qui restent en lice.