EDF et ses barbouzes devant le tribunal correctionnel

Par
EDF avait fait espionner à distance les ordinateurs d'un responsable de Greenpeace. Le procès doit s'ouvrir lundi. Mediapart a eu accès au dossier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce devrait être un procès assez éclairant sur les mœurs des entreprises de sécurité privée auxquelles font discrètement appel les grands groupes. A partir de lundi, et sauf surprise de dernière minute, le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine) doit juger la société EDF, deux de ses anciens cadres dirigeants, ainsi que deux ex-militaires reconvertis dans la sécurité et un hacker indépendant.