Les experts de complaisance de l’Agence du médicament

Par

L’Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé justifie son impéritie dans le dossier de l’essai de Rennes par l’avis favorable que lui ont donné les experts d’un comité spécialisé. Mais huit experts sur les douze qui forment ce comité ont des liens avec l’ANSM.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’ANSM (agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) s’est efforcée, mardi 11 octobre, de démentir les révélations de Mediapart qui montrent, à partir de l’enquête judiciaire, que l’essai clinique meurtrier de Rennes n’aurait jamais dû être autorisé ; et que l’agence s’est livrée à une désinformation organisée pour couvrir son impéritie (voir notre article).