Un congrès de DRH perturbé à Paris par des opposants aux ordonnances

Par

Un congrès des DRH de grands groupes français se tenait jeudi à Paris, dans le bois de Boulogne. La ministre du travail Muriel Pénicaud y était attendue. Environ deux cents manifestants ont tenté de le perturber. Certains dans le calme, d'autres par la force. Résultat: trois voitures incendiées, 41 personnes interpellées. Et la ministre n'a finalement pas fait le déplacement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il fait à peine jour jeudi 12 octobre dans le bois de Boulogne à Paris, à proximité du Pré Catelan, élégant pavillon faisant office de salon de réception et de restaurant, quand arrivent les premiers manifestants. Des forains. Lesquels protestent contre des ennuis causés par la Ville de Paris, mais qui avaient déjà fait une entrée remarquée dans le cortège de tête d’une manifestation contre les ordonnances le 12 septembre dernier. Sur les sentiers, on croise des policiers et des gendarmes caparaçonnés – une vingtaine de véhicules sont stationnés aux abords du lieu où se tient depuis la veille un congrès HR, rendez-vous annuel des DRH de grands groupes. Un travesti hagard s’engage sur un sentier avant de faire vite demi-tour à la vue des hommes en bleu.