13-Novembre : le commissaire, les douleurs neuropathiques et les « pleurnichards »

Par

Un commissaire blessé au Bataclan a stigmatisé les accusés qui se plaignent de leurs conditions de détention et regretté de ne pas avoir eu le droit de porter une arme alors qu’il était hors service. Des propos qui ont fait réagir sur les bancs de la défense.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il était plus de 19 heures passées ce lundi 11 octobre quand un sérieux malaise s’est emparé de la salle d’audience. En ce vingt-deuxième jour du procès, la cour d’assises spécialement composée avait déjà entendu 12 parties civiles qui se trouvaient au Bataclan le soir du 13-Novembre, quand Me Martin Mechin, avocat de l’accusé Ali El Haddad Asufi, a alors souhaité faire une observation.