Le géant français Thales a introduit une taupe à l’ONU

De 2016 à 2019, un officier de réserve de l’armée française travaillait à l’ONU dans un département stratégique. En réalité, il œuvrait secrètement pour le groupe Thales, qui l’a rémunéré selon des documents consultés par Mediapart. Une partie de l’administration française savait. Révélations.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

New York, 16 juillet 2017. Dans la tour de verre qui abrite le siège de l’Organisation des Nations unies (ONU), le commandant Philippe Schifferling est plus inquiet que jamais. Cet officier de réserve de l’armée de l’air a un problème : son détachement à l’ONU par le ministère des armées s’achève deux mois plus tard, et il ne sait toujours pas à quelle sauce il va être mangé.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal