A Grigny, des élections sans électeurs

Par

Dans les quartiers populaires, l'abstention reste forte et l'électorat difficile à mobiliser. La ville de Grigny ne fait pas exception. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'affaire finit par être prévisible. D’une élection à l’autre, l’abstention tutoie des sommets dans les quartiers populaires. Grigny (Essonne) ne fait pas exception. Les raisons invoquées pour ne pas voter par les habitants de cette commune de 27 000 habitants se ressemblent. La défiance à l'égard d'une classe politique perçue comme déconnectée et opportuniste, une élection locale illisible à l'enjeu flou, un manque d'information, une campagne transparente, un désenchantement persistant, un fort sentiment d'abandon, d’autres préoccupations considérées comme plus vitales ou le manque d’envie ont entamé toute volonté de participer à ce scrutin.