AG, vélos et gardes à vue: huit jours de mobilisations en Seine-Saint-Denis

Par

À Pantin ou Bobigny, Mediapart suit, depuis une semaine, des travailleurs du privé et des enseignants mobilisés contre la réforme des retraites, au fil des tractages, des AG et annonces gouvernementales. Si Delphine, née avant 1975, devrait y échapper, elle n’est « pas pour autant soulagée » : « Pour les générations d’après, ça reste dégueulasse. » Rencontres.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cette fois-ci, l’entrée du dépôt éclairée par des braseros était encadrée par la police, dès 5 heures du matin. Pedro* est donc reparti bredouille, jeudi 12 décembre, avec la quarantaine de personnes venues bloquer la sortie des bus de Pantin, en Seine-Saint-Denis. La veille, un enseignant s’était fait embarquer lors d’une opération similaire à Aubervilliers, avant d'être placé en garde à vue. « La police est sur les dents mais on va continuer, nous allons juste changer de méthode », explique Pedro, un Pantinois de 58 ans qui a déjà participé à deux opérations de blocage de ce dépôt depuis le 5 décembre.