Mediator: les excuses de Servier

Par

La défense de Servier n’a eu d’autre choix que de s’excuser, mercredi 11 décembre, pour la première fois depuis que le laboratoire comparaît pour homicides et blessures involontaires. Le tribunal, jour après jour, encaisse les témoignages des victimes du Mediator et des familles de celles présumées mortes à cause du produit de l'entreprise fondée par Jacques Servier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Catherine Kolozsvari explose en larmes quand le ténor du barreau défenseur de Servier, Hervé Temime, se lève, peu fier, et lui demande pardon au nom du laboratoire. Il y avait bien eu des excuses générales au début du procès il y a deux mois et demi. Mais c’est bien la première fois que le pardon prend une forme directe et humaine ce 11 décembre, face à cette septuagénaire, lunettes, col roulé, veste et regard noir. Un tournant depuis que le tribunal est entré dans la phase dure du procès, la partie « homicides et blessures involontaires par violations manifestement délibérés », pour laquelle Servier comparaît, entre autres.