Daniel Bensaïd, éclaireur et sentinelle

Par
Figure intellectuelle de la gauche radicale sans discontinuer depuis les années 1960, Daniel Bensaïd n'est plus, décédé des suites d'une longue maladie le 12 janvier à l'âge de 63 ans. Reste une vie, celle d'un militant révolutionnaire, fidèle à ses premières révoltes comme on le serait en amour. Reste une œuvre, celle d'un philosophe littéraire, résistant avec entêtement à l'air du temps. Portrait d'un homme attachant qui, pour beaucoup, fut un repère, éclaireur et sentinelle par temps obscurs. Et qui, pour Edwy Plenel, fut un ami.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Figure intellectuelle de la gauche radicale sans discontinuer depuis les années 1960, Daniel Bensaïd n'est plus, décédé des suites d'une longue maladie le 12 janvier 2010 à l'âge de 63 ans. Reste une vie, celle d'un militant révolutionnaire, fidèle à ses premières révoltes comme on le serait en amour. Reste une œuvre, celle d'un philosophe littéraire, résistant avec entêtement à l'air du temps. Portrait d'un homme attachant qui, pour beaucoup, fut un repère, éclaireur et sentinelle par temps obscurs. Et qui, pour moi, fut un ami.