Autour de Mulhouse: «Les gilets jaunes sont des castors. On détruit, ils reconstruisent»

Par

En ce 22e samedi de mobilisation, les « gilets jaunes » n’ont pas disparu. Certes, les rendez-vous parisiens attirent moins de monde. Mais, ici et là, de manière diffuse, l’intensité du mouvement continue d’abasourdir. Récit, de cabane en cabane, dans le Haut-Rhin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Haut-Rhin, envoyée spéciale.-  Adèle* et Françoise s’engouffrent dans la voiture, toutes les deux bien fluettes, les traits fatigués par ces cinq derniers mois. La première, sa casquette américaine vissée sur le crâne, la seconde, le visage caché sous une masse de cheveux cuivrés. Dans une autre vie, Adèle est vidéaste, Françoise travaille à l’usine. Ces états de service n’ont plus vraiment d’importance, puisque ce sont les « gilets jaunes » qui occupent désormais tout leur temps.