De l'Europe à la Méditerranée: les cahots du diplomate Sarkozy

Par
Tandis que les Irlandais votaient non, deux conseillers du président partaient à Damas afin d'obtenir du pouvoir syrien qu'il rende acceptable l'invitation faite au dictateur Bachar al-Assad de venir à Paris le 13 juillet inaugurer l'Union pour la Méditerranée. Sur ce dossier, comme sur celui du traité européen, Nicolas Sarkozy agit à la hussarde. Au risque de ne rien pouvoir construire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Claude Guéant et Jean-David Levitte, respectivement secrétaire général de l'Elysée et conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy, s'envolaient pour Damas afin d'y rencontrer le chef d'Etat syrien, Bachar al-Assad, alors que les Irlandais votaient non au traité de Lisbonne, précipitant l'Europe dans la crise. Quel rapport ? Peut-être plus que l'on ne croit.