«La notion de “privilège blanc” permet d’enlever les œillères»

Par et

Nombre de manifestants présents samedi place de la République manient le concept de « privilège blanc », notion qui leur paraît précieuse pour décrire une réalité trop longtemps tue. D’autres, notamment dans le monde politique ou syndical, sont plus circonspects.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans la foule anonyme place de la République, samedi 13 juin, ils sont encore peu nombreux à convoquer l’expression spontanément, au micro des journalistes. Mobilisés contre les violences policières et le racisme à l’appel du comité Adama, quelques manifestants n’ont même jamais entendu parler du « privilège blanc ». Mais, globalement, le concept séduit énormément. « C’est simple, basique ! », sourit Ibrahim, 20 ans.