L'épreuve de force de l'AP-HP pour fermer une unité des enfants cancéreux

Par

Profitant du départ à la retraite du controversé docteur Nicole Delépine, l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a fermé l'unité d'oncologie pédiatrique de l'hôpital de Garches. Patients et médecins décrivent les « méthodes policières » employées par l'hôpital public.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP, centre hospitalo-universitaire d'Île-de-France qui regroupe 37 hôpitaux) a finalement réussi à fermer l'unité d'oncologie pédiatrique (cancérologie) de l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine) le 8 août 2014. Une audience a eu lieu mercredi 13 août au tribunal administratif de Cergy-Pontoise, pour statuer sur la non-acceptation de cumul emploi-retraite de Nicole Delépine. Le jugement du 14 août 2014 a suspendu la décision de l'AP-HP : Nicole Delépine pourra donc reprendre du service. Une seconde audience, à la demande des parents, est attendue : elle vise la continuité des soins selon les méthodes du docteur Delépine. Le conflit entre médecins et administration n'est donc pas terminé.