Alstom ou l’histoire d’une faillite industrielle à la française

Par

Alstom est en passe de devenir le dossier industriel de l’élection présidentielle. Le gouvernement promet de tout faire pour sauver l’usine de Belfort mais les salariés n’y croient guère : le souvenir de Florange est encore à vif. La direction d’Alstom veut des commandes publiques sans contrepartie. Une vieille habitude pour ce « champion national » qui considère que l’État lui doit tout.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alstom est-il appelé à devenir le dossier industriel de l’élection présidentielle, comme Florange le fut en 2012 ? La précipitation avec laquelle le gouvernement a réagi à l'annonce de la fermeture du site de Belfort, siège historique du groupe ferroviaire, d’ici à 2018, prouve que la crainte est réelle. Depuis que la direction d’Alstom a annoncé son intention de transférer toutes les activités de l’usine de Belfort vers celle de Reichshoffen, faisant peser une menace sur 450 emplois directs et 1 200 emplois indirects dans la ville, c’est le branle-bas de combat au gouvernement.