Nouvelle brèche dans l’application des ordonnances Macron

Par

Après les routiers, la fédération CGT des ports et docks a signé un deuxième accord « dérogatoire » avec le patronat pour que les ordonnances Macron ne s’appliquent pas en totalité aux salariés du secteur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Et de deux. Après les transports, la fédération ports et docks CGT a obtenu, jeudi 12 octobre, qu’une partie des ordonnances ne s’appliquent pas aux salariés de son secteur. Les dispositions sociales contenues dans la convention collective restent seules maîtresses à bord et il ne sera pas possible de négocier en deçà, entreprise par entreprise, sur des questions aussi cruciales que la baisse ou la suppression de toutes les primes, ou des avantages liés au travail, comme les congés spéciaux. C’est une remise en cause de ce qui est pourtant désormais au cœur de la philosophie du code du travail, version Macron.