Vivre sous bracelet électronique

Par

Enquête sur la surveillance électronique, dispositif prononcé en aménagement de peine, mais qui est loin de s’adapter à toutes les situations.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Prononcée en aménagement de peine, la surveillance électronique, matérialisée par le port d’un bracelet, n’a guère d’intérêt si elle n’est pas doublée d’un étroit suivi. « Le PSE [placement sous surveillance électronique – ndlr] est une vraie coquille vide. Cela n’empêche personne de boire ou de faire du trafic de stups. L’important, c’est tout le travail qui est fait à côté », explique Stéphanie Pellegrini, directrice de l’antenne « milieu ouvert » du service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) de l’Essonne.