Outre-mer, les coûteuses opérations de l'Ecureuil

Par

Regroupées au sein d'Océor, les filiales des Caisses d'épargne de l'outre-mer ou à l'étranger ont connu des dysfonctionnements voisins de ceux de leur maison mère. Mediapart révèle ainsi un pré-rapport très sévère de la Commission bancaire, en 2007, sur la Banque de la Réunion, pointant de nombreux manquements aux dispositions réglementaires, y compris dans la prévention du blanchiment. Et il est aussi question de la Banque Tuniso-koweitienne...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans notre promenade indiscrète à l'intérieur du groupe des Caisses d'épargne, pour tenter de cerner les raisons multiples de sa crise, il est une étape que nous n'avons pas encore faite, celle d'Océor, qui est l'une des plus importantes filiales de la banque. Elle regroupe une myriade de petits établissements financiers au Maghreb, aux Antilles et en de nombreux autres lieux. Etape instructive parce que cette filiale était l'un des prés carrés de l'ancien patron de l'Ecureuil, Charles Milhaud, et qu'elle a été le théâtre, elle aussi, de dysfonctionnements. La plus éclairante de ces illustrations en est sans doute la Banque de la Réunion, qui a fait en 2007 l'objet d'un rapport accablant de la Commission bancaire que Mediapart est en mesure de dévoiler dans sa mouture préliminaire.