Eddy de Pretto : « Le cyberharcèlement, ce n’est pas que des mots »

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné lundi 12 décembre 11 personnes ayant harcelé Eddy de Pretto sur les réseaux sociaux. Dans notre émission « À l’air libre », le chanteur réagit pour la première fois : « La justice a fait preuve d’exemple. » Face à l’homophobie, il invite les victimes à « ne pas se laisser bouffer par la peur ».

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Notre invité : le chanteur Eddy de Pretto.

Voir ou revoir toutes nos émissions ici.