Commémoration de la mort d’Ilan Halimi: «Beaucoup à gauche ont oublié le combat contre l’antisémitisme»

Par

Quinze ans après la mort d’Ilan Halimi, tué parce que juif, plusieurs associations de gauche se sont réunies pour lui rendre hommage et appeler la gauche à réinvestir un combat qu’elle a bien trop peu porté ces dernières années.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Ilan n’est pas un être humain à leurs yeux. C’est un Juif. » La voix brisée par l’émotion, une jeune femme au micro rappelle, dans le petit jardin parisien qui porte son nom, le long calvaire d’Ilan Halimi, kidnappé et torturé pendant vingt-quatre jours avant d’être laissé pour mort sur une rame du RER C, il y a tout juste quinze ans. Les 27 ravisseurs d’Ilan Halimi, alors âgé de 23 ans, sont persuadés que ce vendeur de téléphone est forcément riche, puisque juif, et que « sa communauté » va s’organiser pour payer une colossale rançon, souligne la jeune femme.