Les youtubeurs de la haine: un néofascisme débonnaire

Par

Hérauts d’une bataille culturelle contre le « progressisme », ils distillent – sur le ton de l’humour – un discours néofasciste qui a conquis un public large et jeune.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Affalés autour d’une table basse, les quatre hommes se rappellent avec nostalgie leurs jeux vidéo préférés. « J’aimerais me refaire un jeu : Men of Valor ! T’allais au Vietnam, tu faisais le ménage ! […] Ton personnage était noir, donc c’était bon, tu pouvais violer des Vietnamiennes », s’esclaffe Papacito. Bruno le Salé se met, lui, à regretter les jeux « où tu pouvais baiser des putes, les buter et tu récupères ta thune, tu vois ». À ses côtés, El Rhayan renchérit à propos d’un autre jeu vidéo : « Le seul moment qui casse les couilles, c’est quand tu dois protéger la meuf. Moi j’essayais de lui mettre des balles dans la tête pour annuler la mission », lance-t-il, provoquant l’hilarité générale. Valek, allongé sur un canapé, pouffe…