Tempête dans la majorité: Sarkozy forcé d'intervenir

Par
Toute cette semaine passée, les élus de la majorité ont fait entendre leurs différences et leurs contradictions. Ce week-end, les petites phrases ont continué. Jusqu'à faire se fissurer la cohésion gouvernementale. Pendant que le PS s'est égaré dans ses manœuvres de congrès, l'UMP joue au parti d'opposition. Nicolas Sarkozy négocie avec les chaînes de télévision une intervention en début de semaine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Plutôt qu'une violence continue qui échauffe les esprits, Machiavel recommandait au Prince une violence occasionnelle, rapide et brutale, de celle qui impressionne! Le 6 février dernier, au milieu de l'affaire du SMS et dans la solennité d'une ouverture de conseil des ministres, le président de la République s'était fait menaçant : «J'écoute, je lis, j'entends tout ce qui se dit. Après les municipales, je prendrai avec sang-froid les décisions qui s'imposent. »