Derrière l’expulsion de la ZAD, une revanche idéologique

La visite surprise d’Édouard Philippe et de Gérard Collomb à Notre-Dame-des-Landes, vendredi après-midi, a clos la semaine d’expulsion partielle de la ZAD. Par les conditions et la méthode d’expulsion qu’elle a choisie, la puissance publique s’est montrée plus que coercitive : vengeresse. Une manif contre les expulsions se tient samedi après-midi à Nantes et dimanche, une convergence aura lieu sur la zone.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une visite officielle surprise du chef du gouvernement et du ministre de l'intérieur, vendredi en fin d'après-midi, pour signifier la reprise de contrôle de la ZAD par l'Etat : jusqu'au bout, l'exécutif aura manié les symboles pour lustrer son image d'autorité. Edouard Philippe et Gérard Collomb ont visité l’école du Gaz, le poste de commandement de la gendarmerie basé à Saint-Etienne-de-Montluc, au sud de Notre-Dame-des-Landes. Ils ont bien sûr serré les mains des gendarmes, au garde à vous, devant les caméras. Mais refusé de répondre aux questions des journalistes.