Après chaque attentat, les mêmes sorties consternantes à droite

Par

On dirait un partenariat. À peine le nouvel assassinat du quartier de l’Opéra, à Paris, était-il commis que la droite Wauquiez et l’extrême droite Le Pen le relayaient politiquement en accusant l’État français d’insuffisance ou de complaisance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une drôle de guerre, dont les combattants les plus affirmés n’attendent qu’une attaque de l’adversaire pour s’en prendre à leur camp. Ainsi, la longue suite des attentats menés en France par des fanatiques se réclamant de l’islam aboutit-elle, immanquablement, à la répétition du même scénario, d’ailleurs voulu par les commanditaires : une certaine France met en accusation une autre France. Les morts ne sont pas enterrés qu’un procès est ouvert : l’État n’en ferait pas assez, manquerait de vigilance ou, pire encore, se montrerait accommodant avec ceux qui nous menacent.