Corruption et football, à Kaliningrad

C'est un désormais un classique des grands évènements sportifs : mesurer le niveau de corruption qui entoure l'organisation des jeux. Le Figaro a enquêté dans la ville de Kaliningrad, hôte de la coupe du monde de football 2018.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Kaliningrad, ville russe coincée entre la Pologne et les pays Baltes, compte sur la coupe du monde 2018, attribuée à la Russie, pour exister (un peu plus) sur la scène internationale. Elle accueille le Croatie-Nigeria le 16 juin et le match Serbie-Suisse le 22. La localité et les autorités ont donc mis les gros moyens... s'exposant au passage à la corruption, comme le raconte Pierre Avril, correspondant du Figaro en Russie. Un scénario qui rappelle l'énorme scandale de corruption ayant entouré les jeux d'hiver de Sotchi, en 2014.