Le livret A indexé sur le mensonge et la tricherie

Par

Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, a choisi de maintenir à 0,75 % au 1er août le taux de rémunération du livret A. Cette mesure, qui fait perdre de l’argent aux épargnants modestes, intervient en violation des règles légales d’indexation, pourtant défavorables, qui devaient entrer en application.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Si l’on s’en tient aux propos publics – ceux du gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, et du ministre de l’économie, Bruno Le Maire –, c’est une sage décision qu’a prise le gouvernement en conservant, à compter du 1er août prochain, le taux du livret A à 0,75 %. Une décision responsable, car si le glissement annuel des prix ressort actuellement à 1 % en moyenne sur le dernier semestre, il est probable que l’inflation baisse de nouveau dans les prochains mois. C’est en tous cas l’argument que le gouverneur de la Banque de France a essayé de présenter à l’opinion publique, assurant dans un communiqué (), qu’il propose le maintien du taux du livret A à 0,75 % « dans une optique de stabilité ». Et le ministre de l’économie, Bruno Le Maire lui en a visiblement donné crédit, puisqu’il a aussitôt retenu cette proposition : le taux restera donc au niveau de 0,75 %, au-delà du 1er août.