Passe sanitaire : la consternation des déboutés du QR code

Par

Depuis lundi, des milliers de personnes se battent pour obtenir un QR code afin de pouvoir travailler, vivre et s’amuser... Parfois au prix d’une bagarre acharnée avec les administrations. Témoignages.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le QR code est né en 1994, d’un père nommé Masahiro Hara. L’heureux paternel est un ingénieur japonais brillant qui ne présente le fruit de ses entrailles que cinq années plus tard. Comme d’accoutumée, chacun se penche sur le berceau et s’égosille en compliments peu honnêtes. Le faciès est fait de carrés noirs et blancs, un physique particulier inspiré du go, un jeu de société chinois dans lequel s’opposent deux adversaires en plaçant, à tour de rôle, des pierres noires et blanches, sur les sections d’un plateau appelé goban. En quelques années, le QR code se fait un nom au Japon et partout dans le monde. Puis, tout aussi vite, il sombre dans le has-been, à part dans son Asie d’origine.