Hollande et la justice: les raisons du malaise

Par

Le président de la République a exprimé ses « regrets » vendredi 14 octobre après ses propos sur la justice, qualifiée d'« institution de lâcheté » dans un livre de confidences. Cette sortie visait quelques hiérarques judiciaires, mais elle ulcère l'ensemble du monde de la justice.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Garant de l’indépendance de la justice selon la Constitution, François Hollande a donc commis une faute grave, en se laissant aller à des critiques méprisantes et désinvoltes sur l’institution judiciaire. Ce ne sont certes que quelques lignes, dans le volumineux livre de confidences accordées aux journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme (« Un président ne devrait pas dire ça », Stock), mais quelques lignes qui font mal et qui coûtent cher.