Encore une mauvaise journée pour Christine Lagarde devant la CJR

Par

L’audition de l’ex-ministre Thierry Breton, et plus encore celle de l’ancien haut fonctionnaire Bruno Bézard, à la CJR, soulignent les anomalies reprochées à Christine Lagarde dans le processus de l’arbitrage Tapie puis le refus d’engager un recours contre une sentence ruineuse pour l’État.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au troisième jour de son procès, ce mercredi 14 décembre, Christine Lagarde a passé une journée particulièrement désagréable, devant la Cour de justice de la République (CJR), qui la juge pour « négligence » dans l’affaire des détournements de fonds publics de l’arbitrage Tapie. Plusieurs témoins, cités par la CJR, défilent à la barre, tandis que l’ancienne ministre de l’économie de Nicolas Sarkozy et François Fillon, assise, noircit un cahier avec des notes d’audience.