Sarkozy en service minimum face aux fonctionnaires

Par
Les fonctionnaires ont massivement répondu ce jeudi à l'appel à manifester contre les suppressions de postes annoncées dans la fonction publique, notamment dans l'Education nationale. En réponse, le chef de l'Etat promet une loi sur le service minumun d'accueil des écoliers. Lire aussi : Les fonctionnaires au bord de l'explosion et l'analyse de Laurent Mauduit sur la façon dont dix années de réformes et de politiques publiques ont dévalorisé l'ensemble des fonctions publiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les syndicats se sont réjouits, jeudi 15 mai, de la mobilisation des fonctionnaires qui, selon eux, a rassemblé en France près de 300.000 personnes. A Paris, la manifestation de l'après-midi a réuni entre 18.000 personnes pour la police et 60.000 pour les syndicats. «Les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère, on n'en veut pas de cette société-là» : les slogans entendus depuis presque trois mois lors des précédentes manifestations lycéennes étaient repris cette fois encore dans ce cortège qui est allé de la place d'Italie à celle de la République.
Majoritairement composée d'enseignants et de lycéens, cette manifestation voulait démontrer au ministre de l'éducation Xavier Darcos que la mobilisation contre les 11.000 suppressions de postes dans ce secteur n'a pas faibli. Un rapport de force qui se poursuit jusque dans les chiffres puisque le ministère annonce 46% de grévistes dans le primaire et 36% dans le secondaire, alors que les syndicats comptabilisent 55% pour le primaire et 63% pour le secondaire.