Assemblée nationale: vers un renouveau à géométrie variable

Par

Mediapart a épluché les profils des 1 155 candidats qualifiés pour le second tour des élections législatives. Verdict : si la féminisation, le rajeunissement et le renouvellement du Palais-Bourbon sont plutôt en bonne voie, l’étroitesse des origines socioprofessionnelles sur ses bancs va bel et bien perdurer.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La République en marche (LREM) et son associé du MoDem peuvent se frotter les mains : forts de leurs 518 ouailles qui ont franchi le premier tour, dont deux – Paul Molac dans le Morbihan et Sylvain Maillard à Paris – ont été directement élues, les mouvements d’Emmanuel Macron et de François Bayrou demeurent en lice dans neuf circonscriptions sur dix, avec une large majorité de candidats en situation de ballottage favorable. D’autant qu’à la faveur de l’abstention élevée le 11 juin (51,30 % à l’échelle nationale), une seule triangulaire est prévue ce 18 juin, dans la 1re circonscription de l’Aube. Les autres nuances politiques ne sortent victorieuses que dans 125 des 577 circonscriptions, l’alliance LR-UDI devançant nettement les candidats du Front national ou du parti socialiste.