A Calais, face à la police, les associations en appellent à la justice

Par

Après le Défenseur des droits, des associations de défense des droits des étrangers fustigent un « déni d’humanité » à Calais et demandent l’ouverture d’un lieu d’accueil. Elles déposent une requête devant le tribunal administratif de Lille, estimant qu’il n’existe pas de possibilité de dialogue avec l’État.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Face à un nouveau pouvoir qui leur fait l’effet d’un mur, une dizaine d’associations de défense des droits des étrangers, à Calais et en France, s’associent à une cinquantaine d’exilés pour demander justice au tribunal administratif de Lille. Leur requête, déposée le 16 juin dans le cadre d’un référé-liberté, vise à obtenir l’ouverture d’un lieu assurant l’accès des migrants à des droits aussi fondamentaux que l’eau potable, l’hygiène, deux repas par jour et un toit pour se reposer. Elles exigent l’arrêt des violences policières généralisées.