A Perpignan, le «Monsieur Marine Le Pen» tente d’imprimer sa marque locale

Par

Arrivé en tête dans la 2e circonscription des Pyrénées-Orientales, Louis Aliot engrange sur la seule étiquette frontiste dans cette terre en grandes difficultés économiques et sociales. Mais le vice-président du FN pèche par manque de travail et peine à imposer sa propre marque. Portrait d’un candidat dans l’ombre de Marine Le Pen.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pyrénées-Orientales, de notre envoyée spéciale.-  Ce vendredi soir, Louis Aliot brille par son absence. Alors que l’Alliance économique de Perpignan, qui réunit des forces syndicales et entrepreneuriales, organise un débat avec tous les candidats, devant quelque 150 personnes, le vice-président du FN a dépêché un autre candidat frontiste. Le compagnon de Marine Le Pen n’est pourtant pas à Paris, mais à Perpignan, en train de déguster des brochettes à La Cigale, l’un des restaurants où il a ses habitudes. L’anecdote est révélatrice du personnage.