En Nouvelle-Aquitaine, les partis de gauche assument leurs différences

Par

Un baron socialiste à la tête de la région depuis un quart de siècle, des écologistes aux ambitions décuplées et une liste d’union LFI-NPA qui entend bousculer le jeu… En Nouvelle-Aquitaine, les gauches avancent divisées, mais craignent toutes une abstention massive.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bordeaux (Gironde).– « À 70 ans, est-ce qu’il n’est pas temps d’aller se concentrer sur son jardin et pêcher la truite ? » Cette question, Alain Rousset dit se l’être posée, mais pas longtemps, juste assez pour s’apercevoir que « l’envie est toujours là ». Alors, il est remonté en selle pour briguer un cinquième mandat. Dans une campagne marquée par la crise sanitaire et qui peine à passionner les électeurs, la prime au sortant pourrait être encore plus importante qu’à l’accoutumée. Lui qui dirige la région Aquitaine – devenue Nouvelle-Aquitaine – depuis 1998 apparaît donc en position de force, malgré une liste concurrente menée par les écologistes.