La frénésie sécuritaire de la majorité

Par

Les députés avaient à peine commencé l’examen de la loi sur « la responsabilité pénale et la sécurité intérieure » qu’Emmanuel Macron annonçait mardi de nouvelles mesures qui devraient être intégrées à un énième texte sécuritaire à venir. Celui-ci pourrait reprendre des propositions d’un récent rapport sur l’usage des outils numériques, dont la reconnaissance faciale, par la police.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La majorité est prise, en cette dernière rentrée du quinquennat, d’une véritable frénésie sécuritaire. Alors que la commission des lois de l’Assemblée nationale a commencé, mardi 14 septembre, l’examen du projet de loi sur la responsabilité pénale et la sécurité intérieure, Emmanuel Macron a annoncé le même jour, à l’occasion de la clôture du « Beauvau de la sécurité », de nouvelles mesures à venir. Et, jeudi 9 septembre, c’est le député Jean-Michel Mis qui avait rendu un rapport, commandé par le gouvernement, sur l’usage du numérique par les forces de sécurité appelant à l’expérimentation des technologies de surveillance telles que la reconnaissance faciale.