Le CSA met le sort de la chaîne Numéro 23 en suspens

Par

Évoquant un « abus de droit entaché de fraude », le CSA a abrogé l'autorisation de diffusion accordée à la chaîne que Pascal Houzelot voulait vendre à Alain Weill. La décision ruine les ambitions d'un lobbyiste qui, des copropriétaires du Monde à l'ex-conseiller média de Hollande, disposait de très influents parrains.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une décision sans précédent : réuni en assemblée plénière, mercredi 14 octobre 2015, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a choisi d’abroger l’autorisation de diffusion accordée le 3 juillet 2012 à la société Diversité TV pour l’exploitation de sa chaîne Numéro 23. Cette annonce constitue l’épilogue d’un scandale qui faisait de plus en plus de vagues : après avoir obtenu à titre gratuit une fréquence, le fondateur de la chaîne Pascal Houzelot espérait faire une formidable plus-value en la revendant 88,3 millions d’euros au groupe NextRadioTV d’Alain Weill, lui-même en passe d’être progressivement racheté par le milliardaire Patrick Drahi.