Marie, violée à 9 ans, souffre encore du jugement

Par

Marie a aujourd’hui 37 ans. Quand elle avait entre 9 et 12 ans, le gardien de son immeuble l’a pénétrée à plusieurs reprises. L’homme a reconnu les faits, il a été condamné. Mais pas pour viol. Elle explique pourquoi elle ne s’est jamais remise de cette décision.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Marie, c’est ainsi qu’elle souhaite être nommée, nous a contactés après l’article publié sur Sarah. Elle est venue au rendez-vous avec son jugement, qui date de 1992, pour nous dire que 25 ans plus tard, elle ne s’est pas remise, non seulement des rapports sexuels qui lui ont été imposés, mais de la décision judiciaire, qu’elle n’a jamais comprise. L’homme qui lui a imposé des relations sexuelles pendant deux ans et demi, alors qu’elle avait entre 9 et 12 ans, a été condamné pour attentat à la pudeur sur une mineure (devenu l’atteinte sexuelle sur mineurs dans le nouveau code pénal de 1994), pas pour viol. Il a été condamné à un an de prison, dont six mois avec sursis.