Jacques Rancière: «Savoir où l'on place l'intolérable dans nos vies»

Par et
En écho au film de Sylvain George, Mediapart a rencontré Jacques Rancière. Le philosophe s'intéresse à la manière dont ce film part du quotidien des migrants pour aboutir à la désignation de l'«intolérable» et au récit d'un dispositif de contrôle européen et mondial.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À l'occasion de la sortie en salles du film de Sylvain George, Qu'ils reposent en révolte (Des figures de guerre I), sur les migrants de Calais, Mediapart a rencontré Jacques Rancière, qui entretient un dialogue régulier avec le cinéaste.