Diviser son pavillon en appartements: la «spéculation du pauvre»

Par

En Ile-de-France, 2 000 logements sont créés chaque année à partir de la division de pavillons en appartements. Les propriétaires cherchent de nouveaux revenus ; les locataires à se loger. Les marchands de sommeil prospèrent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une manifestation spectaculaire de la crise du logement. À la fin des années 2000, nous avions découvert que des pavillons de banlieue parisienne étaient redécoupés par leurs propriétaires en 2, 3, 4 voire 7 appartements (voir ici notre reportage de l’époque). Au lieu de louer, par exemple, un pavillon 1 200 euros, le propriétaire, après quelques travaux et séparations, loue 4 studios à 700 euros, profitant du manque d’habitations dans la région. La plus-value n’est pas négligeable, résultat d’un « marché pousse-au-crime », comme l’explique Anne-Claire Davy, auteur d’une étude que l’IAU (Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile-de-France) vient de publier, et intitulée « La division des maisons individuelles au cœur de l’Ile-de-France ». Pour l’auteure, qui a travaillé avec Peggy Martini et Mélanie Richard, on peut parler de « spéculation du pauvre ».