L’arrêté « antibivouac » de Christian Estrosi suspendu par le tribunal administratif

Par

L'arrêté « antibivouac » mis en place le 9 octobre par le député-maire de Nice, Christian Estrosi, avait pour objectif d'éloigner du centre-ville les sans-domicile-fixe et les Roms.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Ligue des droits de l’homme a annoncé, vendredi 15 novembre, que l’arrêté « antibivouac », mis en place le 9 octobre au cœur de la ville de Nice par son maire UMP, Christian Estrosi, a été suspendu par le tribunal administratif de Nice.