Onze mois pour entendre le vendeur des armes utilisées par Coulibaly

Par

Les juges antiterroristes ont mis un terme à la garde à vue de Claude Hermant et sa femme, soupçonnés d’avoir acheté les armes utilisées par Amedy Coulibaly, sans engager de poursuites à leur encontre. Hermant assure qu’il a remis « une quarantaine » d’armes à « une cible connue du grand banditisme », dans le cadre d’une mission d’infiltration de la gendarmerie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il aura donc fallu onze mois, jour pour jour, aux juges antiterroristes pour se décider à interroger, mardi, l’un des hommes impliqués dans un trafic d’armes ayant alimenté Amedy Coulibaly, auteur de l’attaque de l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes qui a fait quatre morts et neuf blessés le 9 janvier 2015. Dès le 14 janvier, les autorités slovaques avaient identifié les acheteurs des armes du crime – des fusils d’assaut VZ 58 Compact et des pistolets semi-automatiques Tokarev – retrouvées près du corps du terroriste, ainsi que Mediapart l’a révélé ici en septembre dernier. Dès le 16 janvier, les juges français en avaient été informés par Europol.