L’affaire Urvoas ou la justice soumise

L’affaire Urvoas, du nom de cet ex-ministre de la justice qui a transmis à un député une note confidentielle sur une enquête en cours le visant, est le révélateur d’une pathologie française dans son rapport à la chose judiciaire : la soumission.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

C’est un peu la version judiciaire de l’œuf et de la poule. Dans l’affaire Urvoas, il y a l’œuf : la faute personnelle d’un homme, l’ancien ministre socialiste de la justice, Jean-Jacques Urvoas, qui, alors qu’il était en exercice place Vendôme, n’a rien trouvé de mieux à faire que de transmettre au député macroniste Thierry Solère (ex-LR) une note confidentielle du ministère sur une enquête judiciaire en cours le visant personnellement. L’avenir dira si le geste du ministre relève du délit pénal.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal