Les Champs, toujours fluo sous les lacrymos

Par

Le reflux de la mobilisation n’a pas empêché de nombreux « gilets jaunes » de rejoindre les Champs-Élysées, où des heurts ont éclaté à partir de 16 heures. Des policiers à moto armés de flashball ont fait leur apparition dans les rues.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« T’as vu à la télé, ce matin ils ont dit que c’était fini… Eh ben, c’est PAS FINI, tu vois ! », explose un homme d’une soixantaine d’années, le dos appuyé à un pas de porte, avec sa femme. Des plus jeunes viennent de charger un barrage de police, rue La Boétie, non loin du rond-point des Champs-Élysées et les policiers envoient leurs premières grenades lacrymogènes. « La première fois, on était à 200 mètres de l’Élysée… On aurait pu y arriver ! », se lamente-t-il.