Pourquoi la gauche n’est plus immunisée contre le racisme

Par
«Aujourd'hui encore, être blanc en France conserve une signification et une portée sociales.» Pour Laurent Lévy et Michel Dreyfus, auteurs de deux livres parus fin 2009 sur la gauche face au racisme et à l'antisémitisme, le désarroi du PS et de l'extrême gauche devant ces problématiques est aujourd'hui palpable: affaire de la burqa, du voile à l'école, propos de Georges Frêche, malaise autour de la candidature NPA d'Ilham Moussaïd aux régionales... Entretien croisé.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Aujourd'hui encore, être blanc en France conserve une signification et une portée sociales.» Pour Laurent Lévy («La gauche», les Noirs et les Arabes, aux éditions La Fabrique) et Michel Dreyfus (L'Antisémitisme à gauche, à La Découverte), auteurs de deux livres parus fin 2009 sur la gauche face au racisme et à l'antisémitisme, le désarroi du PS et de l'extrême gauche face à ces problématiques est aujourd'hui palpable. Pour l'historien Michel Dreyfus, s'il n'existe pas à proprement parler d'antisémitisme de gauche, l'antisémitisme à gauche demeure une réalité, même s'il convient de relativiser son ampleur. Affaire de la burqa, du voile à l'école, propos de Georges Frêche, malaise autour de la candidature NPA d'Ilham Moussaïd aux régionales... «Le fait que l'extrême gauche soit traversée par ces questionnements est une marque supplémentaire (...) de la montée persistante de l'islamophobie en France», confient par ailleurs les deux auteurs. Entretien croisé.