Depuis 2017, le RN a perdu plus de la moitié de ses cadres fédéraux

Derrière les départs de têtes d’affiche du Rassemblement national (RN), comme dernièrement l’eurodéputé Nicolas Bay, la fuite des cadres locaux est entamée de longue date… Et ne profite que partiellement à Éric Zemmour.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

À l’occasion d’un nouveau psychodrame dont l’extrême droite a désormais le secret, l’eurodéputé Rassemblement national (RN) Nicolas Bay, dont le départ chez Éric Zemmour était attendu depuis plusieurs semaines, a été brutalement démis de toutes ses fonctions dans la campagne de Marine Le Pen, mardi 15 février au soir.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal