Le PDG d'Air France divague sur les acquis sociaux

Alexandre de Juniac se veut un patron décomplexé. Lors des entretiens filmés de Royaumont, il s’est dit prêt à remettre en cause tous les acquis sociaux, y compris l’interdiction du travail des enfants et le droit de grève. Pas étonnant que les syndicats de la compagnie aérienne ne veuillent plus discuter avec lui.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

C’est une de ces informations qui ne peuvent a priori qu’alimenter le climat anti-syndicat complaisamment entretenu par le patronat. Dimanche 15 mars, la direction d’Air France a fait savoir par communiqué qu’elle regrettait la décision des syndicats de la compagnie aérienne de boycotter la réunion « stratégique et sociale » convoquée lundi 16 mars. L’ensemble des syndicats d’Air France – la CFE-CGC, l'UNAC-CGC, FO, le SNPNC-FO, la CFDT, l'UNSA Aérien, l'UNSA-PNC, la CGT, le SNPL et le SPAF – ont annoncé leur refus de participer à cette réunion censée lancer la renégociation des accords d’entreprise, estimant que « les multiples déclarations d’Alexandre de Juniac, PDG de Air-France KLM, compromettaient le dialogue social au sein de la compagnie ».

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal