L'UMP est confrontée à la tentation du FN pour le «troisième tour»

Par

S’effacer au profit de la gauche ou prendre le pouvoir grâce à l'extrême droite. C'est le dilemme auquel l'UMP va être confrontée lors de l'élection des présidents des départements. Refusant officiellement toute forme d'alliance avec le FN, l'opposition doit composer avec ses électeurs, de plus en plus favorables à un rapprochement avec le parti de Marine Le Pen.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De l’avis de tous les ténors de l’UMP, il est encore beaucoup trop tôt pour en parler. Du moins officiellement. Car en coulisses, chacun s’accorde à dire qu’il s’agit là du seul et véritable sujet auquel le parti d’opposition va être confronté à l’issue des élections départementales des 22 et 29 mars. Le jeudi 2 avril, les 4 100 conseillers départementaux fraîchement élus seront appelés à leur tour à voter pour désigner le président de leur collectivité.