Un deuxième licenciement pour faute lourde au Média

Par

Après Aude Lancelin, c’est au tour d’une autre journaliste du Média, Virginie Cresci, d’être visée par une procédure de licenciement pour faute lourde. « Vous qui travaillez sur les injustices, j’espère que vous mesurez celle-ci », a écrit la salariée par SMS à ses collègues de travail.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis l’arrivée du journaliste Denis Robert à la tête de la webtélé Le Média, les turbulences au sein de cette entreprise ont repris de plus belle. Et les licenciements pour faute lourde, c’est-à-dire sans indemnité ni préavis, semblent devenir une pratique courante.