Comment Soral gagne les têtes (2/2)

Par et

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alain Soral a beau s’en défendre en toute occasion, les juifs sont chez lui une obsession. Il assure ne pas viser les « juifs de tous les jours », pour reprendre ses mots, ceux qui ne font pas partie de la « communauté organisée ». C'est à cette dernière, incarnée selon lui par le Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) et la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme), qu'il réserve officiellement sa vindicte. Elle qui aurait la main sur tous les leviers importants en France, et dicterait leur conduite aux responsables politiques hexagonaux.